• Desperate Housewives : l'aboutissement de la série TV

     
    Après le traumatisme subi lors de l'Île de la Tentation,
    Il me faut écrire une note un peu plus positive. Hier soir pour me remettre de la pire demande en mariage jamais vue, j'ai regardé un petit épisode de ma nouvelle série culte : Desperate Housewives. Le pitch est simple : dans une banlieue chic américaine, nous suivons la vie de quatre femmes au foyer unies par le suicide de leur amie commune. Jusque là, ça sent l'ersatz de Bridget Jones mâtiné d'un soupçon des Feux de l'Amour.
    Pourtant, il n'en est rien ! Desperate Housewives est une merveille. C'est la deuxième série, après Nip/tuck à me rendre accroc à ce point là. Même Lost qui est assez plaisant à regarder ne m'accroche pas autant. Pourtant, l'action n'est pas vraiment soutenue, le mystère qui sert de fil rouge à la première saison est un peu léger mais... il y a des personnages qui sont F.A.B.U.L.E.U.X. Au-delà des quatre actrices principales,  gravite toute la communauté de cette banlieue : la commère du coin, la nymphomane, les enfants, les nouveaux voisins, les maris des quatre femmes au foyer, le beau flic/plombier... et tout se monde la a sa petite vie bien rangée en apparence et son background bien chargé.  La série met un coup de projecteur sur quelques membres de cette communauté hétéroclite au fur et à mesure des épisodes et on s'attache petit à petit à untel et untel.
    Jusque là, c'est relativement classique même s'il est rare de tomber sur une série où tous les personnages sont aussi fouillés. Ce qui fait la force de Desperate Housewives c'est son humour totalement décalé et sa distance vis-à-vis du sujet. Dans Sex and the City, on suivait la Héroïne et ses états d'âme pimentés par les aventurettes de ses copines. Là, non. On passe du couple avec ses problèmes sexuels et maritaux à ceux de l'ancienne directrice de com' en charge de ses deux garçons insupportables avant de retrouver la célibataire du group en pleine dispute stérile avec son ex. Et chacune de ces tranches de vie est livrée brute, sans mise en scène qui accuse l'un ou l'autre. Ça ressemble à La vie Mode d'Emploi de Perec avec un look plus sexy et en moins sérieux.
    Desperate Housewives c'est un peu le jeu vidéo les Sims avec un joueur vicieux et intelligent .

  • Commentaires

    1
    K.
    Mercredi 10 Août 2005 à 16:46
    6 feet under?
    Elles m'ont l'air agréable à regarder les 4 ou 5 coch... euh... jeunes femmes sur la p'tite photo! Madame te laisse regarder ça???
    2
    Gamble
    Mercredi 10 Août 2005 à 17:01
    Madame est fan
    Donc ça aide. Six feet under je n'ai pas encore eu l'occasion de voir mais ça ne me tentait pas trop à l'époque. A tester
    3
    Matt
    Mercredi 10 Août 2005 à 18:12
    veronica
    je connais desperate mais j'ai du mal a accrocher. en revanche, jai suivi la 1er saison de veronica mars et c'est trop de la bombe!!
    4
    Gamble
    Jeudi 11 Août 2005 à 09:58
    Veronica mars...
    Ca ne me dis rien du tout, je vais me renseigner... A tester. Mais pour faire mon fangorn, je dirais : "oui mais là j'ai déjà plein de retard et plein de trucs super génioaux qui déchirent ta maman entre Karakas et Moscou alors ce ne sera pas tout de suite".
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :